Orchestre des Champs-Elysées

Asian Tour 2021

L.v. BEETHOVEN Ouverture Die Geschöpfe des Prometheus op.43
W.A. MOZART Symphonie n°41 en ut M K.551 Jupiter
L.v. BEETHOVEN Symphonie n°3 en mi b M op.55 Héroïque

Philippe Herreweghe, direction

Rares sont les ensembles qui ont la chance de se produire aussi régulièrement sur le continent asiatique que l’Orchestre des Champs-Elysées. La précédente tournée (2017) l’avait mené à Singapour, en Chine et en Corée, celle du printemps 2021 passera par Wuhan, Pékin et Shanghaï (Chine), puis Taiwan, Tongyeong (Corée du Sud) et Kaohsiung (Taïwan), pour se conclure à Séoul (Corée du Sud).
De nombreux projets ont été menés en Asie ces quinze dernières années, en termes de diffusion et de coopération mais également de formation et de territoires: résidence à Tongyeong en 2016 pour l’année de la France en Corée du Sud, tournée en Chine en 2017, tournée au Japon en 2012, ou encore programmes de coopération avec le Yong-Siew-Toh Conservatory de Singapour de 2011 à 2016 et Académies Musicales de Kyoto de 2007 à 2010.
Fort de tous ces liens tissés, l’orchestre inaugurera lors de cette nouvelle grande tournée du printemps 2021 un vaste programme d’actions de coopération avec la province du Hubei (Chine). Une résidence à Wuhan marquera ainsi le début d’un ambitieux projet qui se développera sur plusieurs années.

L’accueil plein de ferveur, l’enthousiasme des nombreux jeunes gens au sein du public, laissent le très vif souvenir de concerts chargés d’énergie: celle de la salle et celle de la scène s’alimentant l’une l’autre.
Le programme de cette nouvelle production est exactement à l’image de cette ferveur. Entre le Mozart de la Quarante et unième Symphonie « Jupiter » et le Beethoven de la Troisième Symphonie « Eroïca » circule une même force vitale. Les deux œuvres sont marquées d’un même esprit d’innovation, nourri dans l’une comme dans l’autre de l’art des glorieux aînés, et notamment celui du contrepoint. Chez Mozart comme chez Beethoven, les finales constituent un terrain d’expérimentation infini dans ce domaine, entre autres, donnant à chacun l’occasion de laisser éclater son incommensurable génie créatif et d’architecte sonore.
Résolument enraciné dans le passé pour y puiser l’énergie et l’art de créer et d’innover, c’est tout le credo de l’Orchestre des Champs-Elysées !

Crédits photo: 
Olivier Simard