Orchestre des Champs-Elysées

Projet artistique

« Refaire du dedans ce que les archéologues […] ont fait du dehors […] tâcher de rendre leur mobilité, leur souplesse vivante, à ces visages de pierre. Travailler à lire un texte du IIème siècle avec des yeux, une âme, des sens du IIème siècle; le laisser baigner dans cette eau-mère que sont les faits contemporains; écarter s'il se peut toutes les idées, tous les sentiments accumulés par couches successives entre ces gens et nous. […] prendre seulement ce qu'il y a de plus durable, de plus essentiel en nous, dans les émotions des sens […] comme point de contact avec ces hommes qui comme nous croquèrent des olives, burent du vin […] luttèrent contre le vent aigre et la pluie aveuglante et cherchèrent en été l'ombre d'un platane, et jouirent, et pensèrent, et vieillirent, et moururent. »

Marguerite Yourcenar, Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien

 

L’Orchestre des Champs-Elysées a fêté ses 25 ans ! Les festivités du quart de siècle d’existence ont célébré la maturité, la force de l’âge. Tout en gardant son ambition de découverte, ou plutôt de redécouverte, le beau projet né au Théâtre des Champs-Elysées en 1991 a considérablement évolué : Mahler, Bruckner, Debussy, et plus récemment Strauss et Wagner ont rejoint au répertoire les génies de la période classique et romantique stricto senso et le mot « baroqueux » sonne comme un anachronisme au regard de la réalité de la programmation des dix dernières années.

La démarche des premiers jours est restée la même : dans un esprit comparable à celui des restaurateurs d’œuvres d’art restituant les couleurs d’origine des chefs d’œuvres des grands peintres par de savants nettoyages, notre orchestre essaie d’aborder chaque partition sous un regard neuf, réinterrogeant nombre des lectures de ces œuvres qui, au cours du temps, ont déposé des traditions bien éloignées parfois des préoccupations originelles du compositeur. L’emploi des instruments ayant servi aux premières exécutions, la recherche des gestes instrumentaux les plus appropriés et les textes musicaux ayant servi aux premiers interprètes sont autant d’atouts précieux qui nourrissent leurs interprétations.

L’Orchestre des Champs-Elysées se veut plus que jamais une formation « moderne » et profondément « européenne ».
Moderne, il l’est par sa capacité à répondre avec la même acuité et dans une parfaite cohérence artistique à des enjeux musicaux fortement différenciés, de la musique symphonique à l’opéra, de l’oratorio à la musique d’ensemble, avec l’ambition de recréer l’orchestre de Mozart, celui de Berlioz comme celui de Strauss ou de Debussy, autour de Philippe Herreweghe, mais aussi de chefs tels Louis Langrée, en jouant de complémentarités.
Européen, il l’est d’abord par ses musiciens : dix nationalités différentes où les langues et les cultures se côtoient et cohabitent. Par les artistes et formations associés au projet, tel en premier lieu le Collegium Vocale Gent, mais également Isabelle Faust, Patricia Kopatchinskaja ou Alexander Lonquich. Enfin plus encore par le rayonnement de son projet d’orchestre qui s’étend dans toute l’Europe, non seulement à travers une importante diffusion, mais aussi des résidences de création en Allemagne, en Belgique ou en Italie.

 

Crédits photo

Philippe Herreweghe

Philippe Herreweghe est né à Gand. Dans sa ville natale, il mène de front des études universitaires et une formation musicale au conservatoire dans la classe de piano de Marcel Gazelle. À cette époque, il commence à diriger et en 1970, il fonde le Collegium Vocale Gent. Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt sont attirés par son approche exceptionnelle de la musique et l’invitent alors à collaborer à l’enregistrement intégral des cantates de Bach.

Très vite, l’approche vivante, authentique et rhétorique utilisée par Philippe Herreweghe dans la musique vocale est appréciée partout et en 1977, il fonde à Paris l’ensemble La Chapelle Royale, spécialisée dans l’interprétation de la musique française du Siècle d’or. De 1982 à 2002, Philippe Herreweghe est directeur artistique des Académies Musicales de Saintes. Durant cette période, il crée différents ensembles avec lesquels il donne vie à une interprétation convaincante d’un répertoire qui s’étend de la renaissance à la musique contemporaine. Ainsi voient le jour l’Ensemble Vocal Européen, spécialisé dans la polyphonie de la renaissance, et l’Orchestre des Champs-Élysées, fondé en 1991 dans le but de remettre en valeur les répertoires romantique et préromantique interprétés sur instruments d’époque. Philippe Herreweghe collabore activement avec le Collegium Vocale Gent au développement d’un grand chœur symphonique au niveau européen. Depuis 2001 il est le directeur artistique de l’Accademia delle Crete Senesi, son propre festival d’été en Toscane, depuis 2017 connu sous le nom Collegium Vocale Crete Senesi.

Toujours à la recherche de nouveaux défis musicaux, Philippe Herreweghe est depuis quelques temps très actif dans le grand répertoire symphonique, de Beethoven à Gustav Mahler. Depuis 1997, il est le chef attitré de la Philharmonie Royale de Flandre (Royal Flemish Philharmonic). Outre ces différents postes fixes, il est un chef invité très demandé auprès d’orchestres tels que le Concertgebouworkest Amsterdam, le Gewandhausorchester de Leipzig, l’Orchestre du Hesische Rundfunk ou le Mahler Chamber Orchestra, l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam et le Tonhalle Orchester Zürich

Avec tous ces ensembles, Philippe Herreweghe s’est construit au cours des années une très large discographie de plus de cent enregistrements auprès des labels Harmonia Mundi France, Virgin Classics et PentaTone. Les incontournables de cette discographie sont entre autres les Lagrime di San Pietro de Lassus, la Passion selon saint Matthieu de Bach, l’intégrale des symphonies de Beethoven et Schumann, le cycle de lieder Des Knaben Wunderhorn de Mahler, la Symphonie n° 5 de Bruckner, Pierrot Lunaire de Schoenberg et la Symphonie de Psaumes de Stravinsky. En 2010, Philippe Herreweghe fonde son propre label PHI afin de pouvoir construire en toute liberté artistique un catalogue riche et varié. Depuis sa création, 24 disques sont déjà parus dont les plus récents sont : Threni & Requiem Canticles d’Igor Stravinsky (LPH020) et le Sixième Livre de Madrigaux de Carlo Gesualdo (LPH024).

Grâce à sa vision et son engagement artistiques cohérents, Philippe Herreweghe a reçu plusieurs distinctions. En 1990, la presse musicale européenne l’a nommé « Personnalité musicale de l’année ». Avec le Collegium Vocale Gent, il est élu en 1993 « Ambassadeur culturel de Flandre ». Une année plus tard, il se voit attribuer l’ordre d’Officier des Arts et Lettres, et en 1997, il est nommé Doctor honoris causa à la Katholieke Universiteit Leuven. En 2003, il reçoit en France le titre de Chevalier de la Légion d’Honneur. Enfin en 2010, la ville de Leipzig attribue à Philippe Herreweghe la Bach-Medaille, qui le récompense pour son énorme travail réalisé en tant qu’interprète de l’œuvre de Bach. En 2017 Philippe Herreweghe recevra le doctorat honoris causa de l’Université de Gand.

© collegium vocale gent/jens van durme [janvier 2017]

Crédits photo

L'orchestre

L’Orchestre des Champs-Élysées se consacre à l’interprétation, sur instruments d’époque, du répertoire allant de Haydn à Debussy. Sa création en 1991 est due à l’initiative commune d’Alain Durel, directeur du Théâtre des Champs-Élysées et de Philippe Herreweghe. L’Orchestre des Champs-Élysées a été plusieurs années en résidence au Théâtre des Champs-Élysées, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et s’est produit dans la plupart des grandes salles de concert : Musikverein de Vienne, Concertgebouw d’Amsterdam, Barbican Centre de Londres, Philharmonies de Munich, de Berlin et de Cologne, Alte Oper de Francfort, Gewandhaus de Leipzig, Lincoln Center de New York, Parco della Musica à Rome, auditoriums de Lucerne et de Dijon, etc. Il s’est également produit au Japon, en Corée, en Chine et en Australie. Il est placé sous la direction de Philippe Herreweghe, mais plusieurs chefs ont été invités à le diriger, parmi lesquels Daniel Harding, Christian Zacharias, Louis Langrée, Heinz Holliger, Christophe Coin et René Jacobs.

L’Orchestre des Champs-Élysées développe une relation privilégiée et exclusive avec le Collegium Vocale Gent avec lequel il enregistre les grandes plus grandes œuvres du répertoire.

L’Orchestre des Champs-Élysées, associé au TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers et en résidence en Nouvelle Aquitaine, est subventionné par le Ministère de la Culture et par la région Nouvelle Aquitaine. L’Orchestre est ponctuellement soutenu par l’Institut Français et la Spedidam pour ses tournées à l’étranger.

Il est membre fondateur de la févis (fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés). Il fait également parti du syndicat profédim.

Les dix dernières années en quelques dates :

2017 Beethoven - Intégrale des symphonies - Paris Théâtre des Champs-Elysées
2016 Debussy - La Mer - Poitiers (TAP)
2015 Wagner - Parsifal (extraits) – Festival de Saintes
2015 Strauss - Tod und Verklärung – Festival de Saintes
2014 Debussy - Pelléas et Mélisande – Paris Opéra Comique
2013 Mozart - Requiem – Tournée Asie (Corée Japon)
2012 Bruckner - Symphonie #9 / Te Deum – Edinburgh (Usher Hall)
2011 Brahms - Werke für Chor und Orchester – disque Phi/Outhere – Varsovie
2011 Beethoven - Missa Solemnis – disque Phi/Outhere – Bruges (Concertgebouw)
2010 Mahler - Symhponie #4 – Poitiers (TAP)
2009 Berlioz - Symphonie Fantastique – Tournée Amérique Latine
2009 Rossini - Tancredi – Theater An der Wien
2008 Bruckner - Symphonie #8 – Philharmonie de Berlin
2008 Haydn - La Création – Amsterdam Concertgebouw

Crédits photo